Né en 1940 à Vibraye au sud-ouest de Paris, Daniel Clément a résidé pendant une trentaine d’années dans la capitale française. Il y a 15 ans, il s’est installé dans une ancienne maison de pêcheur en Normandie. C’est en 1978 que l’artiste a commencé à fabriquer des meubles en verre dans une cave de la rue Germain-Pilon dans le 18e arrondissement de Paris. Il s’est servi pendant longtemps de vieux meubles usagés qu’il achetait au marché aux puces. Depuis 2005, Daniel Clément fait fabriquer des meubles selon ses propres esquisses sous le nom de «Les meubles précieux». Les objets finis étant toujours des pièces uniques, ils portent un numéro et une signature sur une plaque de verre (apposée au dos du meuble).
Daniel Clément a toujours gardé le secret et le mystère sur son univers artistique. Il parle rarement et, en plus, à contrecœur de son travail et de sa technique. Il reste aussi muet sur l’origine de ses motifs, de ses ornements et de ses influences. Vu leurs formes affirmées et leur enveloppe de verre aux motifs végétaux montrant des fleurs aux couleurs éclatantes, ses œuvres se situent dans la tradition de l’Art déco français; pourtant, ses meubles n’ont jamais la rigueur ornementale de celui-ci.
L’influence du Lido de Paris sur Daniel Clément est incontestable. À 18 ans, il est portier à l’Avenue des Champs-Élysées 78, la première adresse du cabaret créé en 1946. Il devient très vite assistant-régisseur et bras droit de Rudy Cardenas, le légendaire jongleur qu’il a accompagné en tournée à Barcelone.
L’univers du Lido, les costumes des danseuses, les célèbres Bluebell Girls, avec leurs longues plumes, le spectacle grandiose, les décors, les costumes, l’élégance de la lumière et le divertissement léger mais de haut niveau ont marqué durablement l’artiste.
Le monde de la variété est visible, en tant qu’élément de la nature, dans les formes et les couleurs des meubles de Daniel Clément. Spontanée, cette nature se livre par associations; elle rappelle tant la végétation sauvage et indomptable d’une forêt vierge que la forme et les couleurs franches des fleurs sur les plates-bandes d’un parc. L’artiste accentue cette impression en utilisant le verre à miroir.
Le tiers de ses meubles compte une forte proportion de miroir et, en moindre quantité, de verre coloré; ou alors les surfaces de miroir sont moins nombreuses et les parties en verre coloré dominent, ce qui ne change rien au nombre total de morceaux au mètre carré.
Daniel Clément transpose dans ses meubles le divertissement qu’est la variété avec des éléments de nature végétale, comme les fleurs et les plantes, et également d’origine culturelle, comme les bijoux et les vêtements.